Les Brosseries de Steph !

Publié le par Yann Borgnet

Steph, c’était bien plus qu’un ami. Bien plus qu’un compagnon de cordée, bien plus qu’un ami donc : un inspirateur ! Son éthique des enchaînements m’a conduit à détourner son nom de famille pour décrire ce qui peut paraître une galère pour certains, mais qui est la clé d’une belle balade en montagne pour moi. La “Brosserie” est le parcours interminable, trouver les limites du régime aérobie, alors que celui-ci n’en a théoriquement aucune. Voilà donc ce qui animait cet homme, ce qui a jalonné sa carrière sportive, et ce qui en a fait le champion qu’il a été. Un coeur, des poumons, des jambes. Mais Steph, ce n’était pas que cela, c’était cela et tout le reste. Un coeur fonctionnel et un coeur au sens figuré. Un homme toujours à l’écoute des autres, toujours prêt à aider. Quelqu’un dont la compagnie était agréable, légère et attachante. Il y a peu de personnes avec qui les moments de silence ne sont pas synonymes de gêne et trous à combler. Avec Steph, nous pouvions passer du temps sans parler, seul notre rythme de progression nous mettait en phase, entre nous et avec l’environnement. Point de communication superflue, nous nous comprenions implicitement. Quelques regards, le souffle, la cadence... Rien de plus ! 

 IMGP2452.JPG

 

Texte prononcé pendant la cérémonie, et qui résume bien l’homme, dans le triptyque “excellence sportive, humanisme, excellence superbe” : 

“Steph, mon pote, mon ami, tu rigolais quand je te faisais écouter ma musique de “Djeuns”. Avec Nadège, ta compagne, nous partions pour une aventure d’escalade autour du Pic de Burre. 

Isolés dans ce pilier austère, nous retrouvions ta belle lorsque nous sortions sur un plateau enveloppé dans un épais brouillard. Une ambiance intime. Et c’est ainsi que des liens se sont tissés. Des liens forts. Tu as toujours été très humain, très altruiste. Et malgré ton emploi du temps de ministre, tu étais toujours là pour rendre service, tu prenais le temps d’écouter, de conseiller. C’est ainsi que trois ans durant, tu as partagé ton expérience, ton expérience du ski de montagne. C’était auprès des jeunes dont je faisais partie, dans l’équipe départementale du CAF. Tu nous as tout appris, mais d’abord je voudrais relever ce qui est le plus important, à mes yeux, ce qui était viscéral, en toi : l’amour de la montagne. Car pour toi, l’aseptisation était un parasite, la montagne au contraire représentait l’exutoire lumineux et réconfortant. Et c’est elle, je pense, qui a animé ta carrière sportive, et ta vie, et qui l’a accompagnée jusqu’au dernier souffle. Montagne avenante, montagne réconfortante, montagne dangereuse, montagne cruelle et sans coeur. Il y a en cela un paradoxe cru. Il faut donc rester sur le fil, le fil de l’équilibriste, sans jamais aguicher les extrêmes. Mais où sont les repères ? 

J’ai cette image dans la tête, celle d’une photo prise peu avant ton envol. Tu tendais le bras en direction d’un oiseau qui te répondait. L’image forte d’un couplage, d’une symbiose. Car tu dialoguais avec l’élément, avec ton élément. Dans ces terrains escarpés, tu avais cette classe à laquelle peu de personnes peuvent prétendre. Et c’est pourquoi tu représentais à mes yeux l’invincibilité. L’image éternelle de la montagne, cette monstrueuse addiction. Ton assurance, ta détermination cachait pourtant une grande sensibilité. Il y a trois ans de cela, nous arrivions au sommet du Mont Blanc après l’Intégrale de Peuterey, les larmes aux yeux.

Je n’ai jusqu’ici pas évoqué ton palmarès, c'est l’apanage des journalistes. La personne que tu as été ne se résume pas à cela, mais à tout le reste. Tu étais quelqu’un d’exceptionnel, et cela se sentait aux premiers contacts. Un grand homme.

 

A toi, mon ami

 

Merci !”


 DSC04204.JPG

Nadège, Célian, Adélie, Daniel, Alexandra... Courage !

Commenter cet article

Timberland 6 Inch 11/10/2012 05:24

allo stesso tempo, sono effettivamente del marchio Timberland per trovare scarpe e abbigliamento per iniziare ad impegnarsi in questo sport, quindi penso che anche inutile ciecamente la rifiutano,
infatti, come gli sport all'aria aperta

bai du 09/10/2012 02:37

The last century, former Philippines first lady Imelda Marcos, wife "3000 pairs of designer shoes" has become the ultimate fashion indicators.The name brand high heels is a woman of stimulants.