Dimanche 3 avril 7 03 /04 /Avr 10:20

La face nord des Droites est un lieu facilement accessible, mais qui garde un caractère fort austère. Une ambiance froide. J'y étais déjà allé il y a tout juste deux ans avec Stéphane Brosse pour gravir la Colton-Brooks.

Cette fois, et grâce à la très bonne idée de mon fidèle compagnon de cordée, Robin Revest, c'est dans la voie Ginat que nous irons balader nos pioches. C'est une voie tragiquement ouverte en 1978 par Jean Ginat et d'autres compagnons. Celui-ci trouva la mort à la descente. C'est en gardant à l'esprit les péripéties de cette ouverture, et en me remémorant le matériel de l'époque que je gravis cette voie.

Nous savions qu'elle était particulièrement en conditions cet hiver. Plusieurs amis y sont allés, notamment Brieuc De Jacquelot et Maël Baguet.

 1

 Une bonne dose de patience est recommandée pour prendre les bennes des Grands Montets, la prochaine fois, on aura meilleur temps de monter à ski ! Mais allez, on est quand même bien contents d'être là !

 

Nous décidons donc de tenter son ascension à la journée, en prenant si possible la première benne ! C'est peine perdue avec l'organisation des remontées mécaniques des Grands Montets : les caisses ouvrent quand la queue pour avoir la tant convoitée première benne est formée ! Finalement, nous monterons dans la seconde. Après un petit tour sous les séracs du Couturier, fort menaçants et pas très avenants, nous nous apercevons de notre erreur. La précipitation nous a conduits trop haut, juste sous le Couturier. Un éperon bloque l'accès à la face nord des Droites, et la descente semble compliquée par de nombreuses crevasses et de belles accumulations. Nous faisons demi-tour, c'est plus sage !

Après ces péripéties, nous sommes au pied de la voie vers 11h10 …

 

2

La face, pendant l'approche. La voie Ginat passe au centre, au niveau des belles goulottes

 

L'attaque tardive nous impose un rythme soutenu. Nous décidons de grimper en corde tendue. La rimaye est déversante; l'espace d'un instant, je me demande comment je vais parvenir à la franchir, en constatant l'impuissance de mes bras à la demande de flexion que je leur formule !

Bref, un soupçon à l'arrache, je franchis le passage pour me rétablir dans une longue pente de neige. S'en suit la rampe dit "variante Messner". Un petit passage raide où l'épaisseur de la glace a fortement diminué en raison des nombreux passages.

3

 Au pied des réelles difficultés, les italiens y sont déjà engagés

 

Ensuite, une longue pente de neige nous mène au pied des réelles difficultés de la voie.

 

Robin dans la pente de neige qui précède la goulotte à proprement parler :

f2419057

5

 

Robin passe devant, et tire la 2de longue longue longueur.

 

La goulotte ressemble plus à une vaste pente de glace, où fort heureusement la glace polystyrène recouvre encore la glace vive :  6

f2522688

 

Après avoir passé 2 ressauts successifs, c'est à nouveau mon tour de passer en tête.

 

Droites---Ginat 1853

Un premier ressaut, puis un autre encore un peu plus raide, enfin la pente se couche... ça sent la fin !

 

Droites---Ginat 1855

40 trous de broche 1m carré : cette Ginat a réellement été la goulotte tendance cet hiver !

 

3ème longueur :

Droites---Ginat 1856

Droites---Ginat 1860 

Robin termine l'ascension par la pente de neige terminale, où l'altitude commence à se faire sentir !

 Droites---Ginat 1873

On veut se la jouer à Ueli Steck dans les 10 derniers mètres... Y'a encore du boulot !

 

Une petite photo, puis nous installons le rappel, le relais est juste là, barriolé de cordelettes de toutes les couleurs ! Pour les puristes du chrono, il est déjà 16h40, et la descente est encore longue, même si le fardeau que nous avons porté durant l'ascension va se révéler indispensable, et va nous permettre un gain de temps considérable.

f2615167

 À la brèche, bien contents, d'autant que la vue est unique et magnifique :

 

9

 

Après une dizaine de rappels, assez sur car désaxé, nous chaussons enfin les skis.

 

7

Certains descendraient en ski, nous préférons les rappels!


Droites---Ginat 1880

Mais oui Robin, elles sont droites les Jorasses... :)

 

 

Au départ la pente est bien raide, puis après 300m se couche. La neige n'est pas des meilleures pour le ski : profonde, lourde, avec pas mal de boules au début. Quand l'ombre recouvre les pentes réchauffées, une légère croûte recouvre la surface immaculée de cet univers blanc, ce qui complique encore un peu plus la tâche.

 

Les meilleurs moments de la journée : une descente à ski au coucher du soleil, dans un cadre idyllique, et avec vue sur Les Dames du massif ! :

10

Droites---Ginat 1892

 

Après un court passage où le manque de neige nous pousse à déchausser, nous rejoignons le glacier de Leschaux, puis la mer de glace.

 

11

 

 

Les traces de la vallée blanche sont de réelles pistes de vitesse. Nous dépassons les échelles utilisées couramment l'été, car je me dis que les traces de skis nous mèneront sûrement à la base des escaliers du téléphérique du Montenvers. C'est en effet le cas, sauf que 5 mètres de glace raides nous sépare des marches qui nous permettraient de remonter tranquillement au Montenvers. Ayant déjà enfilé les baskets (nous nous sommes payés le luxe de les emmener, sachant que la descente à Cham se ferait à pied), nous décidons de rebrousser chemin pour effectuer un large détour contournant ces 5 pauvres mètres ! Je trouve cela tout de même un peu limite de la part de la Compagnie du Mt Blanc : de nombreuses personnes parcourant cette itinéraire n'ont pas le pied montagnard ; le balisage manque donc cruellement !

Bref, c'est de nuit que nous rejoignons enfin ces escaliers, et ce n'est que vers 22h que nous parviendrons à Cham, après avoir descendu le long des rails du train.

Un petit coup de stop, finalement assez fructueux (et qui démolira mes prédictions pessimistes), et nous récupérons enfin la voiture à Argentière ! Nous pensons alors à nos amis italiens doublés dans le 2ème tiers, et nos amis suisses qui ont choisi l'option chaussures de montagne, et pour qui la descente ne ressemblait pas à une partie de plaisir !

 

Une belle journée, encore une, qui perpétue encore un peu plus la vigueur de la flamme qui me pousse en montagne !

Par Yann Borgnet
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

p.jpg

 

Nom : Yann Borgnet

Âge : 20 ans

Activités : alpinisme, grimpe,

cascade de glace, dry tooling,

ski alpinisme, parapente

Les infos fraîches ICI

Partenaires Montagne

 

Eider_Logo_Offical-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

198381238cd77fe8dcb


 



 

 

  CAMP logo

 

 

 


 

 

image003

 

 

 

 

 

index

 

NeoShellBlack

Partenaire Parapente

logo-sky.jpg

Tribune libre

logogazde-schiste.jpg

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés